Le terrarium

Pour faire de vos habitats , leur chez-soi!
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  «L'histoire de nos reptiles» par Gilles Pottier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Max|mum
Admin


Masculin Nombre de messages : 12197
Age : 34
Date d'inscription : 29/08/2005

MessageSujet: «L'histoire de nos reptiles» par Gilles Pottier   Mer 14 Jan - 15:55




Sur la base de documents bibliographiques et de photographies prises sur le terrain, un herpétologiste, Gilles Pottier (auteur du premier «Guide des reptiles et amphibiens de Midi-Pyrénées»), de Nature Midi-Pyrénées, nous raconte l'histoire de ces découvertes, de la Bigorre à la Cerdagne en passant par le Val d'Aran et le Couserans...

Ce soir, nous nous documentons sur le lézard de Bonnal, du Val d'Aran, Aurélio, trois espèces endémiques de la ceinture alpine (alt.> 2.000 m), l'agile de Garzón, de Lantz, deux sous-espèces, et la vipère aspic de Zinniker.

Le lézard de Bonnal est endémique de l'étage alpin de la partie centro-occidentale des Pyrénées (Espagne, France). Son aire de répartition s'étend, d'ouest en est, du massif du pic du Midi d'Ossau au massif des Encantats (province de Lleida, Catalogne, Espagne). Il se rencontre dans trois départements : Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées et Haute-Garonne. Les Hautes-Pyrénées hébergent de loin l'effectif le plus important.

Le lézard du Val d'Aran est strictement montagnard. Il est connu de 1.650 m à 2.750 m d'altitude en France, mais la majorité des localités inventoriées se situent au-dessus de 2.000 m. Les localités occupées sont caractérisées par une moyenne des températures annuelles comprise entre -2 °C et 5 °C.

Le lézard d'Aurélio mesure 15 cm environ. Strictement montagnard, il a été observé de 2.100 m à 2.649 m en Espagne, de 2.100 m à 2.942 m en Andorre et de 1.960 m à 3.077 m en France. Comme les deux autres espèces de lézards des Pyrénées, il fréquente des habitats caractérisés par la présence de végétaux à tendance héliophile et/ou thermophile, sur des versants, crêtes ou talwegs généreusement ensoleillés, comportant des milieux rocheux : pelouses parsemées de pierriers, éboulis, talus morainiques, affleurements délités, gros blocs fissurés…

La vipère aspic de Zinniker est souvent trapue mais on peut en rencontrer des fines également en montagne. Il s'agit en réalité d'une sous-espèce de la vipère aspic décrite par Kramer et dédiée à Zinniker.

«Mon souhait le plus cher est que les gens s'intéressent aux reptiles pour ce qu'ils sont et non pour ce qu'ils symbolisent», sera la conclusion de Gilles Pottier.

Source

_________________
Quand ton chien bat de la queue, il est content... Si ton serpent le fait, il n'est pas content... Quel monde à l'envers!
Revenir en haut Aller en bas
http://leterrarium.conceptforum.net
 
«L'histoire de nos reptiles» par Gilles Pottier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Lampes à poser] Lampes Garbage par Gilles Eichenbaum
» Histoire d'animaux à Wasquehal
» L’histoire des Tortues
» Histoire touchante
» Histoire d'un vieux gros chat noir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le terrarium :: Documentation :: Nouvelle-
Sauter vers: