Le terrarium

Pour faire de vos habitats , leur chez-soi!
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Présentation du genre Pterinochilus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Présentation du genre Pterinochilus   Lun 20 Nov - 5:03

Salut tout le monde, j'ai pensé faire une petite fiche generale sur le genre Pterinochilus, juste une petite presentation. Si vous voyez des choses a corriger hesitez pas je suis tres ouvert.


Genre Pterinochilus
Ce genre contient 7 espece pour le moment.
Pterinochilus murinus POCOCK, 1897. RCF* - UMV* - TCF* - DCF
Pterinochilus chordatus GERSTÄCHER, 1873. LCF - DCF*
Pterinochilus lugardi POCOCK, 1900 *
Pterinochilus alluaudi BERLAND, 1914
Pterinochilus leetzi SCHMIDT, 2002
Pterinochilus simoni BERLAND, 1917
Pterinochilus vorax POCOCK, 1897

Genre identifié par POCOCK en 1897 avec un male de l'espèce Pterinochilus vorax trouvé au Fwambo, à l'ouest de la Tanzanie. L'identification de la Pterinochilus murinus a suivi immédiatement après, dans la même année. Ce sont des théraphosidae qui peuvent etre petit ou large, c'est a dire environ 2 à 6 cm de corp pour les femelles et 2 a 5 cm de corp pour les males, dépendant de l'espèce. Les Pterinochilus sont très répendues a travers l'Afrique, on les retrouve entre autre au Sudan, Ethiopoe, Kenya, Tanzanie, Zambie, Zaïre, Afrique du Sud, Namibie, Angola ... Les especes Pterinochilus lugardi, Pterinochilus chordatus, Pterinochilus murinus sont disponible dans le hobby, on peut, tres rarement voir passer une vraie Pterinochilus vorax avec beaucoup de chance, moi j'en ai jamais vu, mais j'ai vu plusieurs personnes se faire vendre des Pterinochilus murinus spiderling sous le nom de Pterinochilus vorax. Il est possible d'identifier certaines especes de ce genre rapidement en regardant la carapace, l'abdomen ou simplement a leur couleure. Elles peuvent etre particulierement défensives, imprévisibles, en plus de leur venin actif, c'est donc important de toujours etre prêt a tout. Celui qui a travaillé le plus sur le genre est definitivement Strand, qui a decrit plusieurs especes. Pterinochilus widenmanni et Pterinochilus mamillatus ont été les premieres especes proposés par Strand, vite suivie de la Pterinochilus raptor qui est aujourdhui un synonime de Pterinochilus chordatus, suivie de la Pterinochilus carnivorus qui est aussi un synonime de Pterinochilus chordatus, suivie de la Pterinochilus mutus qui est un synonime de Pterinochilus simoni, suivie de la Pterinochilus occidentalis qui est aussi un synonime de Pterinochilus simoni, suivie de la Pterinochilus obenbergeri qui est encore une fois un synonime de Pterinochilus simoni.





- Pterinochilus murinus, identifiée en 1897 par POCOCK basé sur un male trouvé a "Ugogo region", situé en Tanzanie, regroupe a elle seul une bonne partie des pays de distributions des especes Pterinochilus, on en retrouve beaucoup en Tanzanie, au Kenya egalement, mais aussi plus au sud comme Zambie, Zimbabwe, et meme Afrique Du Sud , ce qui explique les nombreuses formes de couleures attribué à l'espece. À ce jour, on connait 4 formes de couleures ;

- TCF "Typical Color Form", couleure plutot gris-orangé, et plus pale.
- UMV "Usambara Mountain Variant" , couleure plutot orange foncé.
- RCF "Red Color Form" , couleure orange beaucoup plus eclatante que les autre formes de couleures.
- DCF "Dark Color Form", forme de couleure extremement rare sinon inexistante dans le hobby, ou le specimen est noir.

Malheureusement, dans le hobby ces formes de couleures ont été énormement croisées et en fait c'est impossible de dire quelle forme de couleure est un specimen sauf s'il est WC "wild caught", ou si on sait l'origine du pere et de la mere, voir meme leur pere et leur meme a eux aussi. Dans la nature, les formes de couleures sont generalement regroupées dans des regions propres a elles, par contre c'est difficile a dire si un croisement de couleure n'arrive pas ici et là. Certaines formes de couleures ressemble parfois beaucoup a d'autres especes come la Pterinochilus lugardi par exemple. Une bonne facon de les differencier est de chercher pour les piques typiques aux Pterinochilus murinus, localisé sous les pedipalps, au maxilla. Ils ne sont pas tres facile a localiser, ca prend un microscope et une bonne photo macro.



Sinon, elle a aussi une autre caracteristique unique dans le genre Pterinochilus, le spermatheques des femelles murinus courbent et se referment vers l'interieur;





J'ai pu lire a quelques reprise que les Pterinochilus murinus avaient un comportement plutot tolérant si on laissait un sac d'oeuf evoluer avec la mere, par contre aucuns recherches serieuses n'a vraiment été faite, seulement quelques expériences, qui semble nous révéler qu'elles sont plus tolérantes que sociable. Elles sont generalement tres facile à accoupler, et produisent plus ou moins entre 100 et 200 bébés, et sont bien connu pour produire deux, voir trois sac d'oeuf fertiles avec un seul acouplement! Les Pterinochilus murinus vont s'adapter a presque n'importe quel type d'environnement, arboricole, terrestre et fouisseuses. Richard Gallon dit que cette espece est retrouvé sous les roches, bariquadé dans de denses cocons de toile, où elles sont terrestres. Elles ne semblent pas construire de tunel sous terrains, mais occupent et transforment des cavités à leurs gouts. Elles vont aussi etre retrouvé entre les branches d'un arbre, où elles construisent un cocon de toile et vive maintenant plus comme une arboricole! Perret a étudié la populations de Pterinochilus murinus de Ifakara, en Tazanie, et a noté que les males mature etaient present seulement entre novembre et avril, et absent entre juin et octobre. Par contre, des males matures ont été collecté en juin, juillet et octobre à d'autre endroits.

Synonimes :
Harpactira elevata KARSCH, 1878 = Pterinochilus murinus POCOCK, 1897
Pterinochilus hindei HIRST, 1907 = Pterinochilus murinus POCOCK, 1897
Pterinochilus mamillatus STRAND, 1906 = Pterinochilus murinus POCOCK, 1897





- Pterinochilus lugardi, identifié en 1900 par POCOCK basé un specimen male trouvé a Kwebe Hills, près du lac Ngami, est elle aussi retrouvée a beaucoup d'endoit, soit Botswana, Namibia, le Sud de l'Afrique, Tanzanie, Zambia et le Zimbabwe, dans une altitude passant du niveau de la mere a 1450 mètres. Leur mode de vie en nature est inconnu vraiment, mais en captivitées elles vont généralement opter pour un comportement de fouisseuse. Les males maturent entre décembre et juin. Elle aussi, contient plusieurs formes de couleures, par contre on en sait tres peu d'information, je sais meme pas si les formes de couleures son identifiées et clairement séparée, j'ai vu des specimen tres foncé, et d'autres presque aussi orange que la Pterinochilus murinus RCF, tant dit que d'autre etaient beige tres pale, tous avec aucune information selon leur forme de couleure ... Le probleme de croisement de forme de couleure est sans aucun doute présent chez cette espèce également à mon avis étant donné que personne ne sait rien a ce sujet. Elle est assez facile a identifier par les marques sur son abdomen, les 2 yeux son plus gros que les autres especes du genre. Nous pouvons egalement séparer l'espece Pterinochilus lugardi de l'espece Pterinochilus murinus par l'absence de ces spermatheque ammincies et allongées, ceux de la lugardi étant moin long et plus large.

Synonimes :
Eucratoscelus tenuitibialis (SCHMIDT & GELLING, 2000) = Pterinochilus lugardi POCOCK, 1900
Idiothele pluridentatus (HEWITT, 1919) = Pterinochilus lugardi POCOCK, 1900





- Pterinochilus chordatus, identifié en 1873 par GERSTÄCKER basé sur un specimen male trouvé en Dschagga, dafeta. Cette espèce est distribué en Ethiopie, Kenya, Somalie, Sudan, Tanzanie et Uganda, à une altitude passant du niveau de la mere a 2100 mètres. Une espece fouisseuse qui est retrouvé dans les "grass land". Les males maturent en juillet. Sa couleure peut varier, pas besoin de preciser que les formes de couleure en captivité sont probablement croisé. Cette espece diffère de la Pterinochilus lugardi, Pterinochilus simoni, et Pterinochilus vorax, par l'absense de lobes terminaux des spermatheques. Cette espece est la version foncée des Pterinochilus, étant beaucoup plus foncée que les autres especes qu'on connait. Elle semble etre plus disponible dans le marché présentement au Québec mais elle reste quand meme plus rare que la Pterinochilus murinus RCF et probablement la Pterinochilus lugardi aussi. Elle contient 2 forme de couleure connu mais il y en a probablement plus vu sa distribution géographique assez large ;

DCF "Dark Color form"
LCF "Light Color Form"

Synonimes:

Coelogenium raveni (SMITH, 1990) = Pterinochilus chordatus (GERSTÄCKER, 1873)
Harpactira chordata GERSTÄCKER, 1873 = Pterinochilus chordatus (GERSTÄCKER, 1873)
Pterinochilus affinis TULLGREN, 1910 = Pterinochilus chordatus (GERSTÄCKER, 1873)
Pterinochilus brunellii CAPORIACCO, 1940 = Pterinochilus chordatus (GERSTÄCKER, 1873)
Pterinochilus carnivorus STRAND, 1917 = Pterinochilus chordatus (GERSTÄCKER, 1873)
Pterinochilus raptor STRAND, 1906 = Pterinochilus chordatus (GERSTÄCKER, 1873)
Pterinochilus sjostedti TULLGREN, 1910 = Pterinochilus chordatus (GERSTÄCKER, 1873)
Pterinochilus widenmanni STRAND, 1906 = Pterinochilus chordatus (GERSTÄCKER, 1873)





- [i]Pterinochilus simoni
, identifié en 1917 par BERLAND basé sur un male trouvé en Angola, Landana, on la retrouve au "Congo River basin, en Angola et au Zaïre, avec une altitude passant du niveau de la mere a 500 mètres (probablement plus de 1000 mètres si le site de collecte de Binga est corecte) On connait presque rien sur cette espece qui, à ce que je sache, n'a jamais été en captivité. Aucune information presque n'est disponible et on en entend jamais parler. Elle est decrite comme ayant les pattes, pedipalps, cheliceres et le dos de l'abdomen brun. De petites bandes aux joints pattes et pedipalps. L'abdomen a les marques habituelles des Harpactirinae. Le coté ventral de l'abdomen est brun foncé, avec des orifices pulmonaires plus pales tant dit que le sternum et coxae est brun foncer. Leur mode de vie est inconnu, les males mature entre mars et Août

Synonimes:

Pterinochilus mutus Strand, 1920 = Pterinochilus simoni Berland, 1917 (Gallon, 2002: 215).
Pterinochilus obenbergeri (Strand, 1920) = Pterinochilus simoni Berland, 1917 (Laurent, 1946: 323).
Pterinochilus occidentalis Strand, 1920 = Pterinochilus simoni Berland, 1917 (Laurent, 1946: 323).




- Pterinochilus alluaudi, identifié en 1914 par BERLAND, basé sur un specimen male retrouvé au sud de Kenya, au Maji ya Chumvi, et c'est en fait la seule destination que l'on connait actuellement de ce specimen. Ce specimen vivait a une altitude d'environ 200 mètres et les males maturent en juillet. Elle serait d'une coloration brun pale avec les marques typiques des Harpactirinae à l'abdomen et à la carapace, avec des bandes distinctes aux pattes et pedipalps. La partie ventrale de l'abdomen brun pale, avec une bande abdominale plus pale visible au dessus de l'orifice pulmonaire anterieur et et l'épigastrique, avec les orifices pulmonaires exterieurs de la meme couleure. Je n'ai jamais entendu parler de Pterinochilus alluaudi gardée en captivité, c'est une mygale extrement rare meme dans la nature. Ce qui fait que les informations sont inexistantes ou tres peu courante, m'aventurer dans les details trop precis serait vraiment illogique.

Synonimes:

?





- Pterinochilus vorax, la premiere du genre a etre identifier, en 1897 par POCOCK, basé sur un specimen male provenant du Lake Tanganyika, Feambo, Tanzanie. Elle est largement distrubié a travers l'Afrique egalement ; Angola, Burundi, Zaïre, Rwanda et Tanzanie, passant d'une altitude du niveau de la mere, a 1810 mètres. Les males maturent entre février et avril, et aussi en octobre. Avec une distribution aussi large, je serais pas surpris qu'il y ait plusieurs formes de couleures sur cette especes egalement. Dans de tres rares cas on peut voir passer une Pterinochilus vorax dans le hobby, cela dit elles sont extrement rare et bien souvent c'est une Pterinochilus murinus d'une forme de couleure moins commune. Étant donné que les informations manque sur cette espèce egalement, je m'aventirerai pas trop profond dans les details. Une espece superbe qui va probablement finir par introduire le marché officiellement ... pour ensuite, j'en suis sur et certain, etre croisé avec des Pterinochilus murinus vu leur ressemblance et on ne saura plus qui est quoi ...

Synonimes:

?





- Pterinochilus leetzi : Informations rares ou inexistantes.



-------

Un must pour ceux qui veulent en apprendre plus sur le genre;
Gallon, R.C. 2002.
Revision of the African genera Pterinochilus and Eucratoscelus (Araneae, Theraphosidae, Harpactirinae) with description of two new genera.


http://baboonspiders.de/files/Gallon.Richard.2002.Pterinochilus.and.Eucratoscelus.Revision.description.pdf

* Merci a Timo Raab de m'avoir permits d'utiliser quelques une de ses photos qui me manquait.
Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation du genre Pterinochilus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation du genre Pterinochilus
» Quelle musique pour ma présentation?
» algue du genre cladophora
» Présentation de ma petite famille de poilus....
» Le genre Morelia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le terrarium :: Invertébrés :: Fiches sur les invertébrés-
Sauter vers: